A l’origine d’une belle aventure humaine

Norbert DEMONTE

S’il dirige son entreprise en chef d’orchestre prodige, c’est avant tout parce que Norbert a la volonté féroce de la façonner à son image : altruiste et humaniste. Un peu comme un juste retour à la main que lui a tendue son prof d’automatisme en BEP : « C’est lui qui m’a donné l’envie d’apprendre et le goût pour l’électricité ; grâce à lui, j’ai poursuivi mes études jusqu’à l’obtention d’un BTS Informatique Industrielle. »
Après 7 ans au bureau d’étude de Cegelec de Perpignan dont il est originaire, il continue sa carrière dans la même entreprise à Pau ; Il est alors chargé d’affaires jusqu’à ce qu’une opportunité l’emmène en 2003 à rejoindre la société ACEP.
Finalement 4 ans plus tard, Norbert décide de se lancer dans l’aventure de la création de sa propre structure : l’Agence Béarnaise d’Electricité voit le jour. Seul au début et rapidement rejoint par Pierre Marie son fidèle acolyte, le chef d’entreprise sait s’entourer de collaborateurs de qualité ; une condition sine qua non pour acquérir la confiance de ses clients. Et sa bonhomie fait que cette relation perdure à travers le temps. Aujourd’hui, ABE, c’est une équipe soudée et une clientèle de professionnels comme de particuliers fidèle et reconnaissante ; « une belle aventure humaine », comme aime à le souligner Norbert.


Dévotion et compétences

Christelle BOURDEAU

« Sa marque de fabrique, c’est l’humain », et ça se voit : pétillante, Christelle affiche chaque jour une bonne humeur communicative. A l’écoute des clients aussi bien que de ses collaborateurs, la jeune quinqua a su rapidement se faire une place dans l’univers masculin de ABE. « J’ai toujours travaillé dans des entreprises d’électricité, j’étais donc déjà familiarisée avec les termes techniques ; c’est plus simple ! » En effet, Christelle a fait ses débuts il y a plus de 20 ans dans la même société que Norbert à l’époque et a poursuivi sa carrière dans différentes entreprises toujours en lien avec l’électricité jusqu’à ce qu’elle recroise le chemin de son ami.
A moins qu’elle ne doive ce sentiment de toujours avoir fait partie de l’équipe à la passion que tous partagent ici pour l’ovalie… ? Fidèle bénévole au sein d’un des clubs de rugby phare des environs de Pau, elle a en elle les valeurs de solidarité et d’entre-aide que véhicule la discipline.
Vive et investie, Christelle aime la polyvalence que lui demande les missions qui lui incombent depuis l’automne 2020. Arrivée pour remplacer Marie Claude partie en fin d’année dernière à la retraite, c’est elle qui gère désormais le standard, le secrétariat technique et la comptabilité. Elle est donc en lien direct avec les clients et ses collègues ; un « maillon essentiel en somme ! »


25 ans d’expérience

Pierre Marie ARRIEULA

Parce qu’il avait « cette fibre qui lui permettait de comprendre en une fraction de seconde les circuits, les pannes… un peu comme une intuition, alors que l’école n’était à priori pas faite pour lui », Pierre Marie passe son CAP Electricité. Son maitre d’apprentissage ? Un certain Norbert Demonte… C’était il y a 25 ans… et depuis, ils ne se sont pas quittés. Avec celui qui le considère comme son fils, il a gravi petit à petit les marches : d’ouvrier à chef d’équipe et de chef d’équipe à chargé d’affaires… et conducteur de chantier.
De ces années d’ouvrier exécutant, il a gardé la technique et le savoir-faire qu’il n’hésite pas à partager avec ses collaborateurs. Même s’il a troqué depuis deux ans ses pinces et multimètre pour son rôle de conducteur de travaux, sa véritable passion reste le maniement des câbles, les circuits et les tableaux électriques !
Son métier aujourd’hui est très différent, néanmoins « gérer les commandes, les réunions de chantier est techniquement et humainement riche ». Et c’est ce qui motive chaque matin Pierre Marie : il se dit timide, mais dans les relations qu’il noue au quotidien avec les équipes, les prestataires et les clients, tout est fluide et chacun est unanime : Pierre Marie a appris le management sur le tas mais il y excelle.


Transmettre ses connaissances

Lionel CODINA

Sous ses airs de gai luron un peu taquin, Lionel a un cœur gros comme ça : féru de moto, depuis 3 ans, il arpente les villages béarnais lors de balades caritatives au profit des enfants, « juste pour leur apporter un peu de bonheur ». Et au travail, c’est avec le même altruisme qu’il apprécie en tant que chef d’équipe, transmettre ses connaissances : « Rendre ce qu’on m’a donné est super honorable ! ». Arrivé chez ABE à sa création lorsqu’il a commencé son BEP, Lionel a le sentiment de devoir beaucoup à l’entreprise : « J’aime apprendre et m’enrichir de nouvelles expériences, et ici, c’est une parfaite école. » Même s’il est parfois un peu impulsif, il considère ses collègues comme sa deuxième famille. Une famille avec laquelle on avance et on évolue au rythme des nouvelles technologies, des nouvelles normes. Avec une rigueur sans faille, il va d’une tâche à l’autre avec le même intérêt, le même professionnalisme : « J’aime que tout soit nickel du premier coup : on gagne du temps et on a la satisfaction du travail bien fait ! »


Le touche-à-touche de ABE

Michel BEDU

« Le mouvement de va et vient des électrons me fascine, explique Michel : de là en découlent de nombreuses disciplines, du travail sur courant faible à l’hyper-connectivité, qui peuvent s’appliquer partout, dans le tertiaire comme dans l’industrie ferroviaire ou maritime.” Parfaitement autodidacte, il se plaît à dire qu’il n’a pas fait les Compagnons, mais qu’il a fait son Tour de France : fabrication des automatismes pour centres de lavage automatique, câblages d’électrovannes dans des usines à risques chimiques, installations électriques d’une station d’épuration et dans des chaînes de distribution à travers l’hexagone… avant de se poser définitivement dans son Béarn natal en intégrant ABE il y a 10 ans. Vous l’aurez compris, Michel est un touche-à-tout qui a bâti sa carrière sur une phrase entendue un jour de la bouche d’un de ses proches artisan : « Le métier d’électricien, ça ne s’apprend pas ; ça se vole ».


Le dépanneur

Bruno SCARINGELLA

« J’ai le sang chaud des Italiens » ; ça, c’est ce qu’il dit. De prime abord, on a plutôt l’impression que Bruno a des gens du Sud le côté convivial et bavard. En bon pédagogue, c’est avec plaisir qu’il aborde les occupants des logements dans lesquels il est amenés régulièrement à intervenir pour divers dépannages pour leur expliquer ce qu’il fait. L’aîné des ouvriers d’ABE est un touche-à-tout. Electricien de père en fils, il connaît le métier et « compte bien transmettre ce qu’il sait aux jeunes qui vont prendre la relève ». Dans quelques années, il prendra sa retraite bien méritée, mais en attendant, il continue à apprendre pour trouver des solutions à chaque problème électrique qu’il rencontre : « Dans les logements HLM, c’est rarement très compliqué, mais chez les particuliers, notamment sur des rénovations, il peut arriver qu’on reste bloqué sur des aspects du tableau qui ne se font plus ou plus de cette façon. Mais c’est intéressant de se creuser la tête justement ! »


La passion pour la prise

Nicolas GITTARD

Nicolas, c’est le « monsieur à la casquette » chez ABE. Toujours vissée sur la tête, c’est le signe particulier de ce passionné de pêche qui a posé ses valises il y a 10 ans dans les locaux de l’Agence Béarnaise d’Electricité après plusieurs années d’intérim.
Fort d’un BEP électrotechnique et d’expériences variées, il apprécie avant tout la polyvalence que demande son métier : sur chantiers de rénovation ou en réalisation de l’ensemble des appareillages sur du bâtiment neuf, Nicolas est un ouvrier qualifié qui aime le travail bien fait. Lui pour qui les profs voyaient un parcours de longues études, a préféré très tôt se diriger vers un travail manuel qui lui ressemble davantage. Curieux de nature, le monde de l’électricité évolue et c’est ça qui le motive chaque jour ; « même si les bases de la profession sont semblables, tous les chantiers sont différents ; on ne s’ennuie jamais ». C’est valable pour l’électricité d’une manière générale et chez ABE particulièrement : « Aucun projet ne se ressemble et on prend le temps de discuter avec les collègues et la direction pour avancer et évoluer. C’est passionnant ! »


Les câbles le fascinent

Zeyad QUZMOU

A 13 ans, quand on vit en Irak, on est obligé de travailler… C’est là que Zeyad a commencé à faire quelques chantiers d’électricité pendant qu’il prépare son diplôme d’aide pharmacien. Lorsqu’il arrive en France en 2009, il est embauché dans une pizzeria jusqu’à ce qu’il décide en 2016 de se former. Depuis tout petit, les câbles le fascinent et son expérience du métier dans son pays natal lui manque…
Après quelques missions en intérim chez ABE, Norbert lui propose un CDD puis un CDI en 2019. Ici, le jeune homme trouve une deuxième famille où l’entraide est le maître mot. Zeyad s’y sent bien et le prouve en s’investissant : « J’apprends vite et ensuite, j’ai à cœur de partager mes connaissances. » Si celui qui a pour crédo « Quand on veut, on peut » se voit bien dans quelques années chef d’équipe pour avoir plus de responsabilités, c’est parce qu’il aime être le meilleur ; et le meilleur, le champion de France de Billard l’est assurément dans la discipline qu’il pratique depuis son plus jeune âge.


Les câbles le fascinent

Thierry JASON

Thierry s’était d’abord dirigé vers la menuiserie lorsqu’il est arrivé en France en 2013, quittant sa Guadeloupe natale. Pourtant, ce n’est pas vraiment ce qui le branche… Son CAP en poche, il fait quelques petits boulots pour trouver sa voie. Finalement, une plateforme d’insertion paloise lui propose de faire un stage chez ABE ; juste comme ça : pour découvrir le métier d’électricien.
C’est alors une révélation. « Depuis tout petit, je suis passionné d’informatique ; autant dire que les fils, ça me connaît ! », sourit celui qu’on surnomme ici Titi. Conscient de ses aptitudes, Norbert le prend en apprentissage et en quelques mois, il montre sa soif d’apprendre. Aujourd’hui capable d’intervenir aussi bien dans la pose d’appareillages que dans les dépannages les plus variés, Thierry aimerait se spécialiser dans les colonnes montantes : « Dans la vie, je suis plutôt rêveur, mais j’aime l’organisation et la rigueur que demande la mise en place des câbles et canalisations entre le réseau public et les logements. Et plus il y a de logements, mieux c’est ! »


Manuel et polyvalent

Maxime DELOS

Même s’il est probablement celui qui passe le plus de temps le matin au dépôt à préparer son camion de peur d’oublier « encore » quelque chose, Maxime aime que les choses soient « carrées ». Le week-end, le jeune homme aime bricoler ; mais au travail, pas question de faire de l’à peu près. Habitué à gérer les intérimaires sur les chantiers, Maxime a à cœur de bien faire et d’échanger pour transmettre ses connaissances à ceux qu’il aimerait driver plus tard. En effet, à tout juste 23 ans, Maxime se voit déjà dans quelques années être chef d’équipe. « Aujourd’hui le travail manuel et la polyvalence de la profession sont mes moteurs. Mais faire les plannings des équipes, entretenir le lien avec les autres corps d’état et participer aux réunions de chantier, c’est stimulant aussi ! » D’autant qu’il espère bien rester chez ABE : en CDI depuis 5 ans, le technicien apprécie le caractère familial de l’agence béarnaise d’électricité qui lui permet d’évoluer sereinement et en toute confiance. A suivre donc !


Pro du tableau

Florian MULE

Dans la famille ABE, je voudrais le benjamin. Florian est le plus jeune de l’équipe. A tout juste 19 ans, il sait ce qu’il veut, et depuis bien longtemps : « Un jour, un ami de mon père est venu faire des travaux d’électricité à la maison ; j’étais en totale admiration : sa dextérité, le jeu des câbles, la logique… j’ai eu ce jour-là une révélation : je serais électricien ! » Dès qu’il a eu l’âge de partir en apprentissage, Florian s’inscrit en CAP en octobre 2018 et rejoint l’équipe de l’Agence Béarnaise d’Electricité. Poses de prises et d’appareillages, tirages d’alimentation, câblages, raccordements… tout l’intéresse et particulièrement les tableaux de commandes. « Tous les aspects du métier sont intéressants ; y compris la relation client, avoue celui qui est d’apparence le plus timide de la bande : comprendre leurs besoins et leur expliquer ce que nous faisons est valorisant. » Et si un jour, Norbert lui propose de prendre place au bureau d’études, Florian en sera flatté. En attendant, il continue d’apprendre et à s’épanouir dans chaque chantier sur lesquels il intervient.